Seulle Étoile

Une lumière chaude traverse cette fenêtre de Sainte Anne. Absorbée, Soeur Louise Duchini relit les statuts de l’hôtel-Dieu de Beaune. Une peinture est accrochée au mur derrière elle. Son visage en pleine lumière, semble être encadré. Clin d’oeil à la liseuse de Vermeer, ce clair-obscur parle tout autant du passé, du présent que de l’avenir de la congrégation des soeurs hospitalières de la ville de Beaune.

C’est là que ces femmes ont fait le choix d’une vie différente. Elles ont dédié leur vie aux malades au sein d’« un hôpital pour les pauvres ». C’est en ces termes que Guigonne de Salin et Nicolas Rollin ont créé l’hôtel-Dieu en l’an 1443.

Depuis 1971, plus aucune soeur ne les a rejoint. La congrégation va donc probablement s’éteindre dans les années à venir. Juste avant que je ne les rencontre, une des soeurs a rejoint l’autre rive.

En réalisant ce travail documentaire, j’ai immédiatement été touché par leur don à l’autre, qu’il soit Homme ou Dieu. Lors de mes différents séjours parmi elles, j’ai compris leur chemin de vie, leur engagement et leur foi. Je me suis laissé guider par nos conversations et par les lieux d’où émanent tant de vibrations. Sur place, j’ai pris des notes, enregistré les conversations et consigné cette histoire, vieille de plus de six siècles, qui est en train de disparaître.

En dédiant leur vie à celle des autres, ces femmes extraordinaires ont fait briller la lumière de la vie dans le coeur de Beaune, cette même lumière que j’ai cherché à restituer aujourd’hui.

Nota : Cette histoire a été réalisée de 2019 à 2020, dans le cadre d’une masterclass organisée par l’agence Vu’. Soeur Louise est la tante de ma compagne. Cette dernière m’a demandé il y a trois ans de faire un « beau » portrait de sa tata. Un an plus tard, j’ai acheté mes premiers plans films couleur pour réaliser un portrait de Soeur Louise et de Soeur Madeleine. Ce fut mon premier lien, ma première approche. De ces deux portraits est née l’année suivante Seule Étoile. Dès le départ, j’ai eu une idée précise de ce que je souhaitais développer : une histoire en couleur, en verticale, en lumière naturelle et en m’inspirant de la lumière des peintres flamands du 17e. Et aussi, une réalisation de façon traditionnelle pour honorer le médium et la noblesse de la pratique photographique, à la chambre argentique 4×5 inch. J’ai eu la chance d’être bien accompagné. C’est au côté de Claudine Doury que cette histoire s’est façonnée. Séjour après séjour. Jour après jour. Sur un temps long. J’ai également eu la chance d’avoir été reçu parmi ces femmes à bras ouverts. Nous avons beaucoup échangé ensemble, elles m’ont donné toute leur confiance pour que je construise mon récit sur leur vie et leur congrégation, tout cela avec une simplicité déconcertante. J’ai  une grande admiration pour ces femmes et les valeurs qu’elles incarnent. Je tiens à les remercier sincèrement ici aussi pour tout cela.

Privacy Settings
We use cookies to enhance your experience while using our website. If you are using our Services via a browser you can restrict, block or remove cookies through your web browser settings. We also use content and scripts from third parties that may use tracking technologies. You can selectively provide your consent below to allow such third party embeds. For complete information about the cookies we use, data we collect and how we process them, please check our Privacy Policy
Youtube
Consent to display content from Youtube
Vimeo
Consent to display content from Vimeo
Google Maps
Consent to display content from Google
0
    0
    Panier
    Votre panier est videRetour à la boutique