La route Napoléon

Partie 1 : de Grenoble à Malijay

Info / À propos

Traversant la chaîne des Alpes, la route Napoléon s’étale sur plusieurs départements dont l’Isère et les Hautes-Alpes, pour sa partie nord. Elle emprunte les restes de la Nationale 85, déclassée deux fois par le passé.

Constituant un espace essentiellement rural, la route emmène le voyageur de Grenoble aux rives de la Méditerranée, dans un environnement d’une grande diversité et souvent spectaculaire.

Appelée ainsi pour des raisons historiques, cette route aujourd’hui célèbre est jalonnée d’un ensemble de curiosités remarquables, tantôt naturelles, tantôt façonnées par la main de l’homme.

Ainsi, l’histoire enseigne que Napoléon, en exil sur l’ile d’Elbe, se mit en quête d’un dessein unique, celui de renverser la monarchie de Louis XVIII. Début 1815, il débarque à Golfe-Juan accompagné de plusieurs milliers d’hommes. De façon à éviter les troupes royalistes, il rejoint Grenoble par l’intérieur du pays, gagnant Paris le 20 mars 1815.

Ce cheminement historique a donné lieu à la création de cet itinéraire touristique. Celui-ci reçut en 1932, le nom qu’on lui connaît actuellement : la Route Napoléon.

Première route touristique créée en France, elle se parcourt en voiture, à moto, en vélo, à pied et même à cheval depuis peu. Le trafic routier moyen journalier, stable depuis plusieurs années connait une augmentation notable durant les mois d’été, variant de 13% à plus de 20% sur les mois de juillet et août suivant les endroits pour d’évidentes raisons touristiques.

Entre vision personnelle et travail documentaire, cette série est en cours de réalisation depuis 2015. Elle se poursuivra en 2017 afin de gagner Golfe-Juan depuis Malijai, halte finale de ce premier tronçon.