Hier après-midi, j’ai reçu un appel. Étant en RDV, je n’ai pas pu décrocher immédiatement. Je consulte ma messagerie vocale quelques heures plus tard et découvre un message aussi inattendu qu’émouvant.

C’était le fils d’un homme que j’ai pris en photo en 2011, au musée de l’Homme à Paris, vers le Trocadéro. Je me souviens parfaitement de cette rencontre avec Giovanni, architecte italien parisien à la retraite. C’était le 11 novembre 2011, veille de mon anniversaire. Je l’avais remarqué en train de boire son café. Je m’étais approché de lui et lui avais demandé si je pouvais faire son portrait. Il avait accepté et j’avais donc fait quelques photos de lui. Il avait été très prévenant avec moi et ses yeux pétillaient d’une lumière particulière. Quand nous nous sommes quittés, je m’étais dit que c’était un magnifique cadeau d’anniversaire que cette rencontre.

Je lui avais donc envoyé deux ou trois tirages papier avec une lettre, que son fils m’a relu hier soir au téléphone. Je crois qu’en quelques mots, je lui avais part de mon émotion quant à cette rencontre, de la dignité et de la profondeur qui émanait de lui et que j’avais cru percevoir.

Giovanni est reparti rejoindre le monde spirituel samedi dernier. Son fils a tenu à m’appeler pour me remercier de ma démarche de l’époque, le portrait, les tirages, les quelques mots qui accompagnaient l’ensemble. Hier soir, nous avons salué la mémoire de son père Giovanni, parti de l’autre côté de la rive à l’âge de 93 ans. Paix à son âme.